Comment verbaliser sa colère ?

colère

Vivre avec ses émotions et savoir les contrôler ne s’apprend pas à l’école, ni nulle part ailleurs. C’est pourtant essentiel car les émotions naissent en nous tout au long de la journée. Saviez-vous qu’une émotion ne dure que quelques secondes ?

Pourtant, on a parfois l’impression d’être en colère pendant des heures. Alors comment apprendre à gérer sa colère ? Comment se déclenche cette émotion ?

Mieux comprendre la colère

La colère est un signal d’alarme qui se déclenche dans le cerveau d’abord, dans l’ensemble du corps ensuite, lors d’une insatisfaction. A l’origine, la colère était un élément positif qui servait à protéger l’Homme. Il était prêt à se défendre, lui et ses proches.

Lorsque l’on est en colère, le cœur s’emballe, les muscles se contractent, la respiration s’accélère, un peu comme lorsque l’on fait du sport. La différence, c’est que quand on est énervé, le cerveau sécrète plusieurs hormones comme la testostérone, le cortisol et la sérotonine.

C’est ce qui nous rend agressif, ce qui nous donne envie d’insulter tout le monde et même parfois de se battre. D’autres personnes préfèrent la refouler pour ignorer cette colère.

Mais ce ne sont pas les bonnes manières d’exprimer sa colère. Il faut savoir la verbaliser et vivre avec. La colère est une émotion, au même titre que la joie, la peur et la tristesse. Elles font partie de nous, il faut les accepter et les accueillir, mais aussi apprendre à apaiser sa colère.

La bonne manière d’exprimer sa colère

Lorsque l’on est en colère, nous avons tendance à nous défouler sur les autres personnes, par les gestes ou par la parole, parce que nous pensons que les autres personnes sont à l’origine de notre colère. Ce n’est pas le cas et il faut bien le comprendre. Les autres ne sont pas à l’origine de ce que nous ressentons ni de notre façon de réagir.

D’ailleurs, nous réagissons tous différemment face aux événements. Par exemple, lors d’un licenciement, certaines personnes seront tristes, d’autres seront en colère, d’autres encore le prendront bien et verront cela comme un événement positif.

Nous ne pouvons pas contrôler ce que nous ressentons. Nous ne choisissons pas d’être triste, joyeux ou énervé. Alors pourquoi se rendre mal pour quelque chose que l’on ne contrôle pas ? Les autres ne peuvent pas nous juger sur ça, d’autant plus que nous fonctionnons tous de la même façon.

Alors, au lieu de rejeter la colère sur les autres, il faut savoir se recentrer sur soi. Car nous-seul sommes à l’origine de notre colère. Ce n’est pas en étant violent que la situation va s’arranger, au contraire. La colère sera peut-être apaisée, mais remplacée par de la honte, du regret voire de la tristesse.

Il faut donc savoir rester calme, s’affirmer sans être violent. Si vous avez vraiment besoin d’extérioriser votre haine, utilisez un punching ball ou allez dans la nature pour crier à plein poumons.

Utiliser les émotions positives pour verbaliser sa colère

Puisque les émotions ne durent que quelques secondes, il est possible de changer d’humeur très rapidement. Cela vous est certainement déjà arrivé. Lorsque vous êtes en colère, une technique serait alors de chercher à changer d’humeur. Comment ? En cherchant ses émotions positives. Il faut les utiliser pour évacuer sa colère.

Quelque chose vous rend heureux ? Pensez-y lorsque vous êtes énervé. La joie prendra le dessus sur la colère. Sinon, faites quelque chose que vous appréciez. Une activité sportive qui défoule, une émission de télévision qui change les idées ou de la musique qui détend.

La dernière solution, c’est d’utiliser l’art. Dessinez quelque chose pour exprimer vos pensées sans utiliser les mots si les gestes violents. C’est une technique peu connue mais qui permet d’allier l’utile à l’agréable.



Les commentaires sont fermés.