Dossier sur le plastique et les jouets pour enfants

image vivons-natures

Malléable et bon marché, le plastique a envahi notre quotidien. Les différents secteurs exploitent cette matière première accessible, facile à utiliser et qui laisse une grande marge de manœuvre aux designers. Les jouets en plastique abondent ainsi sur le marché. Cependant, plusieurs études ont montré l’existence de substances dangereuses pour la santé des enfants. Il est alors important de connaître les risques et les méthodes de prévention.

Les produits toxiques

Les spécialistes ont identifié 5 catégories de produits nocifs. Leurs conséquences sur la santé des enfants varient d’une simple réaction allergique à un trouble hormonal, voire le cancer. Certains sont incorporés à la plastique tandis que d’autres figurent dans la peinture.

Les parfums de synthèse renforcent l’attractivité des jouets en améliorant leurs odeurs. Certes, ils développent l’odorat des petits, mais les conséquences peuvent être désastreuses. Entre autres l’asthme, la dermatite et la fièvre.

Le formol entre dans la composition des vernis appliqués sur les jouets en bois. Il rehausse l’éclat des différentes essences tout en prolongeant leur durée de vie. Néanmoins, il s’agit d’une substance cancérigène.

Les métaux lourds tels que le plomb, le mercure ou l’arsenic. Ils augmentent la densité des peintures et renforcent leur adhérence. Ils provoquent de nombreuses maladies comme l’anémie et l’encéphalopathie.

Le phtalate et le bisphénol A. Régulièrement cités dans les différentes études, ces deux perturbateurs endocriniens ont fait la une de l’actualité. Ils entraînent des troubles hormonaux comme la puberté précoce ou encore l’infertilité.

Attention aux vieux jouets

Même si le design a beaucoup évolué, les vieux jouets ont toujours la côte. Ils bénéficient d’une excellente réputation grâce à leur solidité et leur résistance. Ils offrent ainsi un bon rapport qualité prix. Allouer une somme importante à l’achat ne sera pas nécessaire. Les enfants peuvent continuer à utiliser les jouets de leurs aînés ou des autres membres de la famille. Néanmoins, les scientifiques sont unanimes, les vieux articles représentent un risque.

La détection des produits toxiques est devenue plus performante. Et surtout, les réglementations sont maintenant plus strictes. Par exemple, l’Union européenne a interdit l’utilisation du phtalate dans les jouets destinés aux bambins âgés de moins de trois ans depuis 1999.

Comment protéger ses enfants ?

Suivre les actualités relatives au secteur est primordial. Certains acteurs tels que le RAPEX liste les articles dangereux. Adopter le bon geste est également essentiel durant l’achat. Pour commencer, il est mieux de favoriser les produits naturels comme le coton, le bois ainsi que les peintures bios.

Ensuite, il faut rayer de la liste les articles parfumés, ou dont les peintures s’enlèvent facilement au contact de la sueur et de la salive. Comme Sophie la girafe préférée des Français, une bonne résistance est nécessaire.

Par ailleurs, après l’ouverture de l’emballage, il est mieux de laisser les jouets s’aérer. Cette précaution réduit les risques de problème respiratoire. Enfin, un lavage régulier constitue aussi une bonne solution.

 



Les commentaires sont fermés.