Vers la découverte des « nouveaux continents »

Vous ne le savez peut être pas encore mais la terre possède de nouveaux continents. Le plus célèbre d’entre eux est situé dans le Pacifique et selon les observations faites par Green Peace, ce nouveau continent serait même plus grand que la France. Comme tout nouveau continent on lui a attribué un nom, qui n’est autre que « Grande plaque de déchets du pacifique ».

Comme vous pouvez le deviner ce nouveau continent n’est pas à l’image des continents que nous connaissons, en effet ce n’est rien d’autre qu’un amoncellement  d’ordures, de divers détritus produits par les activités humaines. Tout d’abord, la présence de ce nouveau continent s’explique notamment par un phénomène de vortex ou de tourbillon. Pour faire simple sous l’effet des courants marins, les déchets provenant des littoraux et des navires flottent pendant des années avant de s’accumuler dans deux larges zones connues sous les noms de « Plaque de déchets du Pacifique est » (Eastern Pacific Garbage Patches) et « Plaque de déchets du Pacifique ouest » (Western Pacific Garbage Patches). Ces deux plaques forment la « Grande plaque de déchets du Pacifique » (Great Pacific Garbage Patch), un monstre dont la taille aurait déjà triplé depuis les années 90 et qui s’étendrait maintenant sur 3,43 millions de km², soit un tiers de la superficie de l’Europe !

Ce nouveau continent a été découvert en 1997 par l’océanographe Charles Moore et depuis la taille de ce continent continue à s’accroitre régulièrement.

Le plastique est le constituant principal de ce nouveau continent (90% selon le programme des nations unies pour l’environnement). Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que les morceaux de plastiques souillent gravement l’océan, le plastique n’est pas biodégradable et il ne peut pas être détruit par les micro-organismes présents dans l’océan, en règle générale le plastique commence à se dégrader au bout de 500 à 1000 ans et pendant ce temps de nombreux mammifères marins meurent chaque année de l’ingestion de plastiques (100 000 millions selon Green Peace). La situation est d’autant plus alarmante car personne ne semble avoir remède face à ce problème. Le nettoyage de cet océan de déchets semble insurmontable tant la superficie à couvrir est trop importante sans parler des coûts financiers. Le constat est sans appel pour l’instant il n’y a pas de solutions tangible, la seule chose que nous pouvons faire c’est de freiner sérieusement notre consommation de plastique et opter pour des plastiques rapidement biodégradables.

L’apparition de la « grande plaque de déchets du pacifique » n’est malheureusement pas un cas isolé car une autre plaque a été découverte cette fois ci dans le nord de l’océan atlantique, c’est une triste constatation de dire que les océans deviennent les nouveaux décharges à ciel ouvert  et que malgré cela aucune solution concrète n’est encore avancé.


Laisser une réponse

Vous devez être Se connecter pour écrire un commentaire.