Avoir une ruche, s’occuper des abeilles chez soi

ruche

L’apiculture est un métier passionnant. Proche de la nature, au contact des éléments et de la météo, les gens qui achètent une ruche pour débuter en apiculture sont rarement déçus du petit investissement en argent et en temps que cela représente. Même si s’occuper des abeilles domestiques est assez technique est difficile à réaliser, de plus en plus de personnes débutent en apiculture de loisir.

Découvrons ici comment se former correctement pour débuter en apiculture. Nous verrons dans un second temps quel est le matériel minimum à acheter pour devenir apiculteur amateur. Nous apprendrons ensuite les bases théoriques du maintien des colonies d’abeilles en bonne santé. Enfin, magie de la nature, découvrons comment récupérer un essaim d’abeille sauvage en train de se déplacer ou déjà installé dans une cheminée ou une quelconque cavité.

S’initier à l’apiculture de loisir, comment se former ?

Une rencontre au hasard d’un chemin, un reportage ou une vidéo sur internet peuvent déclencher en vous l’envie de débuter en apiculture de loisir.

Internet regroupe toutes les solutions théoriques mais la pratique risque très vite de vous manquer pour élever vos butineuses préférées.

Pourquoi alors ne pas vous rapprocher d’un rucher école local, ou d’une association qui s’occupe des abeilles. Votre expérience en apiculture n’en étant qu’à son tout début, il vous faudra emmagasiner énormément d’informations, car s’occuper des abeilles est très technique.

Matériel, le strict minimum pour débuter en apiculture

Un conseil : ne commencez pas trop gros. Quand on débute en apiculture, les déconvenues sont nombreuses. Mortalités incomprises, prédation du frelon asiatique, parasitisme, météo irrégulière et de plus en plus extrême, seront à la base de fortes déceptions.

Pour débuter et apprendre à s’occuper des abeilles, commencer par acheter vos ruches. 3 ruches sera un nombre suffisant. Avec une ruche, si vous échouez à faire survivre vos belles, il faudra attendre l’année suivante pour refaire un essai. 3 ruches, c’est le nombre qui peut paraitre raisonnable pour multiplier les techniques et mettre en pratique la théorie un peu lourde parfois.

Il vous faudra également investir dans une combinaison d’apiculteur complète, des chaussures en cuir épais et des gants légers en cuir qui éviteront les piqures à répétitions.

Un enfumoir et un lève cadre vous permettront de manipuler les cadres des ruches sans énerver les abeilles. Sans cela vous décideriez de vite arrêter l’apiculture et passer au tricot.

Pour les équipements plus lourds et plus chers, faite les-vous prêter par d’autres apiculteurs. A l’image de l’abeille, apprenez à devenir des êtres sociaux par excellence. La collaboration vous rendra bien des services. A vos amis et connaissances également.

Conserver ses abeilles en bonne santé

Les fleurs

Il sera important pour les abeilles de pouvoir butiner des fleurs. Préférez les fleurs mellifères que les abeilles préfèrent. La lavande, le thym, le coquelicot, la bourrache, seront des fleurs que vous pourrez planter ou semer pour améliorer la biodiversité. Vous proposerez ainsi à vos abeilles une source de pollen très intéressante pour la fabrication du miel.

Les prédateurs des abeilles

Le frelon asiatique est le plus grand prédateur de l’abeille en France. Quand la ruche est repérée par les frelons asiatiques (Vespa velutina), elle ne met malheureusement pas longtemps à mourir. Les ouvrières chasseuses volent en stationnaire devant la ruche, devant la planche d’envol, et capturent les abeilles au décollage ou à l’atterrissage.

Pour lutter contre ces redoutables prédateurs invasifs, il conviendra de signaler leur nid quand on le repère. Un professionnel, comme par exemple ALLO FRELONS,  viendra le détruire et vos abeilles seront tranquilles.

Les parasites

Le varroa est le parasite de l’abeille par excellence. Tout au long de l’année, il conviendra de traiter ces puces de l’abeille pour les en débarrasser. Le varroa est un vrai fléau pour les populations d’abeilles.

Les polluants

On estime que 30% des colonies d’abeilles meurent chaque année. C’est un véritable effondrement écologique, en partie dû à l’utilisation non raisonnée des pesticides dans les jardins et pour l’agriculture.

Récupérer un essaim d’abeilles sauvage

Pour débuter l’apiculture de loisir, vous pourrez récupérer un essaim d’abeilles pendant la période d’essaimage. Certains apiculteurs ou des associations comme J’Essaime Ma Planète proposent de récupérer pour vous cet essaim. C’est un moyen économique de débuter en apiculture, en restant au service de la biodiversité.

Conclusion : commencer une carrière d’apiculteur ne s’improvise pas. Il vous faudra vous former un minimum, en passant notamment par un rucher école. Vous y apprendrez tous les gestes, les logiques de l’abeille, ainsi que tous les moyens de vous occuper de vos colonies d’abeilles chéries.



Les commentaires sont fermés.