L’extinction des tigres d’Indochine est imminente selon le WWF

Après des études portant sur certaines espèces menacées en Asie et dans le monde, le WWF présente des chiffres alarmants concernant la survie des tigres d’Indochine. Des mesures draconiennes sont à prendre dans les plus brefs délais avant que leur extinction ne devienne effective.

Tigres d’Indochine : la statistique annonce leur extinction progressive

Après des études approfondies menées par le WWF, il est désormais prouvé que le Panthera Tigris Corbetti ou le tigre d’Indochine est une espèce en voie d’extinction. Le mardi, 26 janvier 2010, le World Wide Fund for Nature a présenté des chiffres horrifiants annonçant l’extinction imminente de la population des tigres sauvages de la région Grand Mékong. Si le nombre de tigres de cette région s’élevait à 1.200 individus en 1998, il est actuellement passé à 350. La statistique est tragique dans la mesure où le nombre de tigres à diminué de 70% en l’espace de douze ans.

Les raisons qui causent l’extinction rapide des tigres d’Indochine dans la région Grand Mékong sont nombreuses. La toute première cause est sans nul doute la pratique intensive du braconnage dans des pays comme le Laos, la Thaïlande ou encore la Birmanie. Cette activité est de plus en plus pratiquée puisque la peau de ces animaux rapporte beaucoup sur le marché illicite. Pour preuve, une peau de tigre peut coûter jusqu’à 20.000 dollars US. Le développement de l’agriculture entraînant la dégradation des habitats écologiques adaptés s’aligne également parmi les causes de la diminution des tigres d’Indochine en Asie.

Aidez les abeilles à s’épanouir, offrez leur des fleurs

Tout le monde s’accorde à le dire, les abeilles sont des insectes utiles à l’homme. Face à la persistance du syndrome de l’effondrement des colonies d’abeilles, le gouvernement français compte planter des fleurs pour les abeilles butineuses sur certaines routes du pays. L’initiative individuelle est également sollicitée afin de rendre efficace le projet gouvernemental.

Les fleurs et les abeilles : une affaire sérieuse pour le gouvernement français

Depuis quelques années, la mortalité des abeilles constitue un véritable problème pour les apiculteurs français et européens. A cause de l’utilisation des pesticides en milieu ruraux et le manque de biodiversité, les statistiques ont observé un taux de mortalité de 40% à 80% pour les abeilles depuis l’année 2008. Pour y remédier, un apiculteur du département des Hauts-de-Seine a eu la brillante idée d’élever des abeilles en ville. Quand bien-même l’idée est intéressante, les abeilles ne sont pas hors de danger à cause de la prolifération du frelon Vespa Velutina en France.

Face aux menaces d’extinction pesant sur les abeilles, le gouvernement français ne cesse d’agir en vue d’aider les apiculteurs. Pour ce faire, le Secrétaire d’Etat aux Transports et le secrétaire d’Etat à l’Ecologie décident de faire planter des fleurs sur certaines routes de France durant la saison printanière 2010. Cette plantation sera en premier lieu effectuée dans les régions, sud-ouest, massif atlantique, massif central, nord et nord-ouest. L’expérience sera menée sur une période de 3 ans. Si elle est satisfaisante, elle sera étendue sur tout le réseau routier du pays.

Conférence de Copenhague : le bilan un mois après son achèvement

Rappelons-nous, la fameuse Conférence de Copenhague s’est achevée exactement le 18 décembre de l’année 2009. Les analystes s’accordent à dire qu’elle a abouti à un échec. Ce soi-disant échec traduit-il une défaite irréversible dans la lutte contre le réchauffement climatique ?

Conférence de Copenhague : les décisions prises à la fin du sommet

La Conférence de Copenhague a été imaginée comme un sommet à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’humanité. Presque une année avant la conférence, l’ONU ainsi que tous les pays signataires de « La Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique » étaient en pleine effervescence. Les 190 chefs d’Etats invités à cette conférence ont élaboré des stratégies de limitation d’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère afin d’avoir des arguments imparables lors de la conférence.

Malgré les analyses préalables, les précautions et la volonté d’agir au mieux pour la protection de l’environnement, la conférence de Copenhague du 7 au 18 décembre 2009 a fini dans une impasse. L’échec se définit exactement par le non aboutissement à un accord légal contraignant et donc à l’inexistence d’une bonne stratégie collective de lutte contre la hausse progressive de la température sur terre. Engagement chiffré de réduction d’émission de gaz à effet de serre dans le monde, obligation d’assistance financière pour les pays en développement, aucun de ces éléments n’a été défini avec rigueur lors de la Conférence.

De plus en plus de Français mettent leurs bouteilles en plastique au recyclage

Les chiffres de 2009 sur le tri des emballages plastiques traduisent une légère hausse par rapport à l’année précédente. Malgré cette progression, les gestes écologiques restent insuffisants car selon Valorplast, la moitié seulement des bouteilles en plastique font l’objet d’un tri.

Valorplast : société chargée de la reprise et du recyclage des déchets en plastique

Créée en 1993, Valorplast est une société anonyme chargée du recyclage des bouteilles et des flacons en plastique après leur récupération auprès de 1035 collectivités territoriales en France. Elle agit dans le cadre de la gestion reconnue aux société agréées Eco-Emballages et Adelphe. L’année dernière, cet organisme a collecté près de 150 317 tonnes de déchets en plastique.

En 2009, Valorplast a constaté une augmentation de 5 % du recyclage des bouteilles et flacons en plastique par rapport à l’année précédente. La comparaison portait sur le poids des déchets de nombreuses collectivités locales en partenariat avec Valorplast. Cette progression traduit une meilleure prise de conscience des Français de l’enjeu écologique du tri et est sans doute la conséquence de la crise de décembre 2008.

Des bactéries comme biocarburants : une découverte originale signée Philippe Marlière

Face aux stratégies de limitation d’émission de CO2 dans l’atmosphère, les producteurs d’énergie promeuvent sans relâche les recherches sur les énergies renouvelables. Un scientifique français a récemment annoncé la possibilité de produire des carburants renouvelables à partir de manipulations génétiques sur des organismes unicellulaires.

Des bactéries comme biocarburants : quand la biologie rime avec biotechnologie blanche

Les recherches en vue de l’élaboration de biocarburants renouvelables et non polluants ne cessent de s’intensifier en biotechnologie. Biologiste reconvertis dans l’industrie de la biotechnologie blanche, Philippe Marlière semble avoir fait une découverte importante à partir de ses recherches sur les ressources renouvelables. Encouragé par son ami et collaborateur Marc Delcourt, Président Directeur Général de GBE ou Global Bioenergies, Philippe Marlière est bel et bien décidé à, prouver le bien-fondé de sa découverte et proposer des biocarburants plus efficaces et plus propres aux consommateurs.

Le projet ambitieux de Philippe Marlière consiste à produire des biocarburants à partir de bactéries génétiquement modifiées. Concrètement, le chercheur français manipule les gênes des microbes afin que ceux-ci puissent transformer à leur tour les sucres inclus dans les plantes et déchets organiques en molécule d’isobutylène. En clair, l’isobutylène est le gaz incolore et inflammable à même de produire facilement des biocarburants renouvelables. Les biocarburants produits à partir de ce procédé sont compatibles avec les voitures à essence, les voitures diesel et même les avions. Ces biocarburants peuvent également être produits en grande quantité à un prix relativement bas.

Urbanisation des terres agricoles françaises : la forêt perd du terrain.

La forêt a cessé de gagner du terrain depuis 2008 selon les statisticiens du ministère de l’agriculture. Ceci est principalement dû à l’urbanisation massive des territoires agricoles abandonnés.

L’urbanisation des terres agricoles a pris la place au boisement.

La France est l’un des rares pays qui a depuis longtemps augmenté ses surfaces forestières. Si dans plusieurs pays du monde, la déforestation gagne du terrain, en France depuis le milieu du XIXè siècle, c’est la forêt qui gagne un peu plus chaque année en superficie. Mais voir la France posséder la plus grande surface de sols reboisés au monde appartient aujourd’hui aux contes de fée, d’après l’enquête Teruti sur l’utilisation du territoire publiée dernièrement. Selon les experts en statistiques du ministère de l’agriculture, la forêt française a arrêté son occupation progressive.

L’enquête Teruti étudiait en effet depuis les années 60 l’évolution des occupations territoriales sur environ 300 000 points du territoire. Et d’après les résultats rassemblés, la surface des sols boisés a diminué en 2008, soit 16,946 millions d’hectares contre 16,974 millions d’hectares auparavant. C’est l’urbanisation massive des sols qui est pointée du doigt comme étant la cause principale de ce recul. Avant, une partie des terres agricoles abandonnées était convertie chaque année en sol boisé, mais aujourd’hui l’artificialisation des sols s’accélère. Entre 1982 et 1992, 54 000 hectares de sols par an ont été urbanisés tandis qu’entre 2006 et 2008, 74 000 hectares de terres l’ont été.