Qu’est-ce qu’un érysipèle et comment le traiter ?

medecin

L’érysipèle est une infection bactérienne qui touche notamment les personnes âgées. Souvent négligée, cette maladie peut s’avérer très douloureuse avec des complications graves si elle n’est pas traitée efficacement dès son apparition. En effet, les bactéries de type streptocoque font des ravages en cas de négligence et peuvent conduire à des septicémies (maladie du sang) sur du long terme. D’où l’intérêt de consulter un spécialiste en cas de doute et en fonction des symptômes remarqués. Il vaut mieux prévenir que guérir !

Comment traiter un érysipèle de la jambe?

Pour traiter un érysipèle de la jambe, l’antibiothérapie se révèle être la solution la mieux appropriée dans ce type de pathologie. Par voie intraveineuse directe, elle permet de contenir l’infection relativement rapidement. Ensuite, il est nécessaire de traiter l’inflammation via des crèmes grasses ou lotions apaisantes et masser délicatement les rougeurs. Les complications disparaissent ainsi sous une quinzaine de jours. Parfois, il peut y avoir une récidive de l’infection. On parle alors d’érysipèle récidivant. Dans ce cas, votre médecin vous indiquera très probablement un traitement de type antibiothérapie alternée (une semaine d’injection et un mois de repos, opération renouvelée sur 3 mois consécutifs).

L’érysipèle est-il contagieux ?

Pour que l’érysipèle soit contagieux, il est impératif que la personne infectée soit en contact direct avec une personne non infectée présentant une porte d’entrée. Autrement dit, l’infection ne se propage par dans l’air comme pour le virus de la grippe. Le contact direct se fait de la peau à la peau et la porte d’entrée peut souvent s’apparenter à une plaie mal nettoyée comme une coupure ou une peau abimée due à un eczéma par exemple. Il est donc conseillé pour une personne présentant un érysipèle d’éviter tout contact physique avec une personne saine pour ainsi éviter de la contaminer. De plus il est important de savoir que cette maladie ne touche pas uniquement les personnes âgées. Elle peut également toucher les trentenaires, les plus jeunes ou les personnes immuno-sensibles.

Les personnes sensibles à ce type d’infections

Plusieurs types de personnes peuvent être plus assujettis que d’autres à l’érysipèle. Elles présentent le plus souvent les pathologies suivantes :
Les diabétiques
Les personnes en surpoids
Les personnes qui présentent une insuffisance veineuse
Les personnes qui souffrent d’ulcère de la jambe

Le diagnostic de l’érysipèle

Les symptômes et les manifestations physiques de l’érysipèle (appelée aussi dermo hypodermite aiguë non nécrosante) permettent d’effectuer facilement le diagnostic. Toutefois, le terrain favorisant doit toujours être recherché. Il peut s’agir d’un déficit immunitaire ou d’un diabète. Des examens complémentaires non indispensables, indiquent généralement une augmentation du nombre des globules blancs (leucocytes), une augmentation de la CRP, une protéine spécifique de l’inflammation. Dans de rares cas, la mise en évidence de la présence d’un streptocoque par prélèvement bactériologiques ou une sérologie sont possibles.
Dans tous les cas, ne pas hésiter à consulter un spécialiste ou dermatologue en cas de doute et cela dès les premiers symptômes : douleurs, démangeaisons, fièvre, rougeurs des membres inférieurs, sensation de chaleur, picotements.



Les commentaires sont fermés.