Les herbivores protégeraient les écosystèmes du réchauffement climatique

herbivores et réchauffement climatiqueLes plantes sont l’ingrédient clé pour aider les écosystèmes à survivre au réchauffement de la planète, constate une nouvelle recherche de l’UBC qui offre un certain espoir pour une stratégie de défense contre le changement climatique.

« Les herbivores ont créé de l’espace pour que d’autres plantes et animaux puissent s’ y installer et nous avons vu beaucoup plus de diversité et de variété dans ces écosystèmes », a déclaré Rebecca Kordas, l’auteure principale de l’étude, qui a complété cette recherche en tant que doctorante en zoologie à l’Université de la Colombie-Britannique. « Nous voulons de la variété parce que nous avons découvert qu’elle aide à protéger l’écosystème quand on ajoute un agent stressant comme la chaleur. »

 

Des expériences sur des mini-écosystèmes marins

Pour cette étude, Kordas Kordas, qui est maintenant chargée de recherche au Imperial College de Londres, et ses collègues ont créé des mini écosystèmes marins sur le rivage de Ruckle Park, sur l’île Salt Spring Island, en Colombie-Britannique. Les mini écosystèmes ont été construits sur des plaques en plastique dur qui ont permis aux chercheurs de contrôler les températures. Certaines des assiettes permettaient aux herbivores voraces d’entrer dans les boites et d’autres les empêchaient d’entrer. Les patelles sont comme des escargots, mais avec une coquille conique.

 

Les chercheurs étudiaient la vie dans la zone intertidale, la zone du rivage entre la marée basse et la marée haute. Cette région abrite une communauté d’étoiles de mer, d’anémones, de moules, de balanes et d’algues. À mesure que la marée monte et descend, les plantes et les animaux doivent faire face à d’énormes variations de température tous les jours, parfois de 20 à 25 degrés Celsius.

 

« Ces créatures vivent déjà à leurs limites physiologiques, de sorte qu’un changement de deux degrés — une prédiction prudente du réchauffement climatique prévu au cours des 80 prochaines années environ — peut faire une grande différence », a dit Kordas. « Quand les vagues de chaleur traversent la Colombie-Britannique, et le nord-ouest du Pacifique, nous voyons la mortalité massive de nombreuses espèces intertidales. »

 

Une meilleure survie selon la présence de certains animaux

Les chercheurs ont découvert qu’en été, lorsque les températures étaient les plus chaudes, les communautés pouvaient s’en sortir même si elles étaient chauffées, mais seulement si elles avaient des patelles.

 

« Lorsque les patelles faisaient partie de la communauté, les effets du réchauffement étaient moins durs. »
Christopher Harley, professeur de zoologie à l’Université de la Colombie-Britannique et auteur principal de l’étude, affirme que les consommateurs comme les patelles, les loutres de mer ou les étoiles de mer sont très importants pour le maintien de la biodiversité, surtout dans les écosystèmes aquatiques. La disparition de ces espèces peut déstabiliser les écosystèmes, mais en même temps, la protection de ces espèces peut rendre les écosystèmes plus résilients.

 

« Nous devrions réfléchir à des moyens de réduire nos effets négatifs sur l’environnement naturel et ces résultats montrent que si nous faisons de la conservation et de la gestion de base, cela peut faire une grande différence dans la façon dont les écosystèmes vont faire face aux changements climatiques », a déclaré M. Harley.



Les commentaires sont fermés.